Ashley Lebedev

 Ashley Labedev 

 

 

 

 Les Femmes

plus obsédées par les rides

que par leur poids

 

 

 

Stéphanie Bataille est Peggy Guggenheim

 

 

Avec l’âge, l’apparition des rides inquiète davantage les femmes qui en font un sujet de conversation numéro un, devant la minceur, selon une étude.

 

Plus elles vieillissent, plus les femmes deviennent exigeantes avec elles-mêmes s’adonnant à l’autocritique. Leur physique est la cible privilégiée de leur mécontentement, sauf que désormais les femmes tancent plus leurs rides et autres signes naturels du vieillissement que les éventuels kilos indésirables.

Preuve en est que dans les conversations le classique "je me sens si grosse" est remplacé par "j’ai l’air vieille". La psychologue Carolyn Black Becker, chercheuse à la Trinity University aux Etats-Unis a examiné la prévalence de ces sujets de conversation minceur sur les sujets de conversation plus liés à l’âge chez des femmes âgées de 18 à 87 ans. 914 femmes américaines, britanniques et australiennes ont répondu à une enquête en ligne sur leur âge, leur poids, leur image, leurs sujets de conversation privilégiés, leur comportement alimentaire etc.

 

 

L’auto dépréciation augmente le risque de trouble alimentaire


Les résultats ont dégagé une tendance nette à la négativité quand il s’agit de parler d’elles. 81 % parlent de leur poids de façon occasionnelle, et 66 % parlent des conséquences physiques liées à l’âge. Les discussions sur la minceur et le poids sont courantes chez les femmes quel que soit leur âge. Même si elles ont tendance à s’effacer après 61 ans. A l’inverse, les conversations centrées sur la vieillesse traversent toutes les tranches d’âge et ont tendance à augmenter à mesure que les femmes vieillissent.

L’étude rappelle que parler de soi de façon négative peut donner une mauvaise estime de soi, et générer des troubles du comportement alimentaire, comme la boulimie et l’anorexie. Les plus de 50 ans seraient de plus en plus touchées selon une étude américaine parue dans le Journal of Eating Disorders..13 % des femmes de plus de 50 ans seraient obsédées par leur poids au point de souffrir de ces troubles du comportement alimentaire.

 

Auteur : Emilie Cailleau 

Source : Topsanté.mondadori.com